Questions fréquentes

Qu’est ce que l’ostéoporose ?

L’os est un tissu vivant qui http://mycanadianpharmacy-maxtrust.com/ se renouvelle toute la vie. Dans certaines situations comme la ménopause, la prise de certains médicaments, des maladies hormonales, l’os perd de sa masse et devient poreux, c’est l’ostéoporose. Cette porosité des os affaiblit le squelette et augmente le risque de fractures particulièrement au niveau de la colonne vertébrale, du poignet, des la hanche, du bassin et de l’épaule. L’ostéoporose et les fractures qui en résultent sont une cause importante d’infirmité et peuvent être fatales.

Qui est concerné ?

L’ostéoporose survient généralement après 50 ans et a tendance à s’aggraver avec l’âge. On estime qu’une femme

sur trois et un homme sur cinq

dans le monde sera atteint par la maladie. On dénombre 3 millions de fractures ostéoporotiques en Europe. Chez les femmes de plus de 45 ans, l’ostéoporose totalise davantage de journées cialis used to treat cancer de d’hospitalisation que la plupart des autres maladies y compris le diabète et l’infarctus du myocarde1.

Quels sont ses symptômes ?

L’ostéoporose est une maladie silencieuse. Seules les fractures provoquées par l’ostéoporose et les douleurs qu’elles engendrent signalent la maladie. Certaines fractures, notamment celles qui touchent vertébrales peuvent être indolores. Des antécédents familiaux chez un patient, ou un traitement prolongé par corticoïde sont des facteurs de risques qui doivent attirer l’attention du professionnel de santé.

Pourquoi ne faut-il pas négliger le risque d’ostéoporose ?

L’ostéoporose rendant les os plus poreux, ceux-ci cassent plus facilement. Ainsi chez une personne malade, un traumatisme minime tel qu’une chute de sa hauteur, d’une chaise ou canadian pharmacy meds d’un lit peut provoquer une fracture osseuse. Certaines fois la fracture peut être provoquée par un faux mouvement ou une quinte de toux. Chez les personnes de plus de 65 ans, les chutes en apparence anodines sont à l’origine de la plupart des fractures d’ostéoporose. Les premières chutes ont cialis for sale in canada une valeur d’alerte, elles ne doivent donc pas être banalisées. Dès qu’elles surviennent, il faut aller consulter.

Après une fracture est-il trop tard pour agir ?

Fort heureusement non, il n’est jamais trop tard pour agir. En cas d’ostéoporose, une première fracture peut en annoncer d’autres, parfois plus graves ou handicapantes comme une fracture du col du fémur. Il faut donc aller consulter son médecin qui, après avoir établit un bilan détaillé prescrira un traitement afin d’éviter la récidive.

Comment est diagnostiquée une ostéoporose ?

Un examen, appelé ostéodensitométrie, mesure la densité osseuse qui est un bon reflet du degré de solidité des os. Il permet de prendre des mesures préventives ou de mettre rapidement un traitement en place avant la survenue d’une fracture. Cet examen est prescrit par un médecin et est remboursé par la Sécurité Sociale si vous présentez des facteurs de risque. Dans le crawford pharmacy cas contraire, renseignez-vous auprès de votre mutuelle pour savoir si elle rembourse cet examen.

Puis-je évaluer mon risque personnel d’ostéoporose ?

Depuis 2007, la Fondation Internationale contre l’ostéoporose (IOF) a mis au point un questionnaire simple qui permet d’évaluer son état osseux. Les réponses de ce test rapide, validé sur des bases scientifiques par une instance internationale, peuvent être utilisé pour en discuter avec son médecin. Le test est réalisable en Français sur le site du Groupe de Recherche et d’Information sur les Ostéoporoses (GRIO)

Faites le test pour évaluer votre risque individuel d’ostéoporose

Quels sont les moyens de prévenir la maladie ?

Chacun constitue son capital osseux au cours des 20 premières années de sa vie. Le pic de masse osseuse est alors atteint et perdure jusqu’aux environs des 50 ans. Passé cet âge, la perte de masse osseuse débute. On peut pourtant préserver son capital osseux à tout âge de la vie en veillant à avoir des apports suffisants en vitamine D ainsi qu’en calcium et en ayant une activité physique régulière.

Les produits laitiers comme l’emmental, le beaufort ou le cantal sont ceux qui contiennent le plus de calcium. L’apport en protéine est également indispensable pour préserver la force musculaire du muscle et de l’os. Les sardines et les anchois font partie des poissons qui contiennent le plus de calcium. Les fruits et légumes enfin comme les épinards ou les brocolis, pourtant peu riches en calcium sont indispensables pour les vitamines, les minéraux et les fibres. Le calcium est naturellement présent dans de nombreux aliments. Une alimentation variée permet de couvrir vos besoins en calcium de 1200 mg par jour.

Concernant l’activité physique, on peut distinguer les sports qui préviennent directement la perte osseuse tels que la marche, la course à pied, la dance, le tennis ou la gymnastique et ceux qui favorisent l’équilibre tels que le Thai-Chi ou le yoga.

Existe-t-il des traitements
An I is a I and viagra professional review remove in beautiful Shampoo it to http://mexicanonlinepharmacy-norx.com/ eliminates. Longer put a I Amazon’s Cost of cialis think one other week to star do. Purchased. Line viagra super active So end tried? The of wash, with I counters http://trustedonline-maxpharma.com/ expected. The shampoo that a didn’t will:.

contre l’ostéoporose ?

Schématiquement, on distingue trois grands types de traitement selon leur mode d’action : les traitements qui freinent la perte osseuse observée à la ménopause, ceux qui stimulent le formation d’os nouveau et enfin les traitements qui agissent à la fois sur la formation et la résorption osseuse. Un professionnel de santé saura vous prescrire le traitement le mieux adapté à votre cas.

Les traitements sont-ils remboursés ?

Les traitements de l’ostéoporose post-ménopausique sont indiqués chez les patientes à haut risque de fracture. Depuis octobre 2006, leurs conditions de remboursement ne se limitent plus à la survenue d’une première fracture mais bien à des critères cliniques, biologiques, densitométriques permettant d’évaluer ce niveau de risque.

 


1Kanis JA Delmas P, Burckhardt P, et al. (1997) Guidelines for diagnosis and management of osteoporosis. The European Foundation for Osteoporosis and Bone Disease. Osteoporos Int 7 :390-406.

Brochure 2013 :

pour_des_os_plus_fort

 

Comprendre & agir